Pages

Categories

Search


Présentation

Qui suis-je, comment et pourquoi je viens à la politique ?

Citoyen engagé, libre penseur…

Diplômé en Science Sociale et Science Politique de l’Université Libre de Bruxelles où je croise les grands noms comme Mr Pascal DELWIT, Mr Pierre DESMAREZ, Mr José GOTOVITCH (le professeur GOTO), Mr Jean-Jacques HEIRWEGH (tous, professeurs ordinaires) qui me parlent : des systèmes et régimes politiques, de la vie politique en Belgique de 1830 à nos jours, de Karl MARX et son œuvre, Le Capital, de Thomas HOBBES et son œuvre Le LEVIATHAN, de Pierre BOURDIEU, de la Révolution cubaine…

Diplômé en études européennes de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve  où je croise les grands noms comme Mr Hugues DUMONT, Mr Nicolas BEDNAR, Jean-Paul KEPPENNE, Mme Valérie ROSOUX, Mr Laurent VAN EYNDE (tous professeurs et spécialistes de la construction européenne) qui me parlent : du débat sur la primauté du droit interne sur le droit international, de la théorie des avantages comparatifs, du droit de la concurrence, l’identité européenne, les imaginaires dans l’histoire de l’art et de la littérature…

Comment et pourquoi je viens à la politique ? 

Ma venue à la politique n’a rien d’une imposture.

Fin 2010, en tant que chef d’Entreprise avec 8 emplois crées (3 full-times et 5 mi-temps), je subi une injustice grave qui m’amène à licencier tout mon personnel et raboter fortement mes revenus salariaux. Je suis quasi par terre mais pas terrassé. J’avais le choix d’instrumentaliser cette situation en criant au racisme, à la discrimination mais j’ai décidé contre toute attente de ne pas pleurnicher et de mordre sur ma chique. Je fais alors ma traversée du désert.

Pour vous donner une idée, mon entreprise travaille dans le secteur du Réemploi (Recyclage).

Début 2011, je me présente pour prendre en location un atelier-point de vente situé dans le zoning commercial et industriel de Basilix (Ganshoren- Berchem-St-Agathe), un coin hautement stratégique pour les affaires (à 2 min du ring, position excentrée qui permet d’éviter les embouteillages du centre-ville…). Les négociations se présentent bien jusqu’au moment où on me fait comprendre que le bailleur (la SDRB, un opérateur public) a décidé de ne pas me louer cet atelier-point de vente.

Devant ce refus, je décide d’utiliser les grands moyens. Je propose alors de payer anticipativement et à la signature du bail 12 mois de loyers (à +/- 1.200,00 € le loyer mensuel) mais cette proposition, qui constitue une garantie financière pour le bailleur, ne change rien. Le comble ! cet atelier est resté inoccupé plus d’un an après. Je tiens toutes les pièces (échanges de mails et autres) à la disposition de tout celui qui souhaite vérifier les faits.

A défaut de me mettre définitivement à genoux, cette injustice m’a rendue plus fort face à l’adversité et, progressivement, m’a amenée à la politique.